You are currently viewing L’ histoire légendaire de Prôtis

L’ histoire légendaire de Prôtis

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:LA MARSAGORA

ANIMATION CULTURELLE

Principe :    Scénario de la quête de Protis

CLIQUER SUR LES MOTS EN GRAS POUR CONNAÏTRE LE CONTENU DES ANIMATIONS

LA MARSAGORA FRIOUL
dessin de Marc Sylvestre ©

L’histoire légendaire de Prôtis

Prôtis, le grec, va partir pour le large. Il dépassera la Sicile et fondra une cité, comptoir de la mère patrie : Phocée.

Prôtis prépare son voyage. La veille, il se décide à aller consulter L’ORACLE. Après les offrandes d’usage, la prêtresse lui dit :

« Prôtis, tu peux partir, les vents te seront favorables et tu accompliras ta destinée, mais surtout, n’oublies pas l’Essentiel. »

Intrigué, Prôtis part alors en quête de cet » essentiel » si indispensable.

Pour les grecs, les oracles, c’est très sérieux : c’est par eux, que s’exprime la volonté des Dieux.

Il se rend à L’AGORA. La place est bondée de monde : marchands, passants, artisans, clients, esclaves s’affairent ou discutent à l’ombre des arcades.

Comment trouver l’essentiel dans cette foule ? Est-ce le commerce, l’esprit des comptes, l’échange, le marché ou l’art de l’artisan, la précision du trait du potier, ou bien alors le jeu, et les gains, l’argent ? Ne serait-ce pas plutôt le plaisir des sens, les senteurs, les saveurs, les couleurs ? Comment savoir ? Troublé par toute cette agitation, Prôtis se dirige vers le GYMNASE. Ce lieu est un havre de paix : les éphèbes s’entraînent au pugilat, à la lutte, les sportifs se mesurent et s’affrontent. Dans la ligne parfaite des corps, Prôtis reconnaît l’importance de la santé et se dit que le sport, l’entretien de son corps est essentiel pour un homme. Cette conclusion le satisfait qu’à moitié car au fond de lui, Prôtis sait bien que l’Oracle veut parler d’un essentiel plus « absolu ». Il reprit donc son chemin.

Un peu plus loin, un homme s’approche de lui, c’est un sophiste, il l’entraîne vers le TEMPLE DU SAVOIR. A l’intérieur, les sages lui désignèrent les étagères sur lesquelles il pourra trouver réponse à toutes ses interrogations. A travers chaque écrit de ces grands hommes du passé, Prôtis retrouve la fierté d’appartenir à un peuple si prestigieux. Il sort du Temple du Savoir la tête pleine de ces inventions, de ces découvertes, de ces déductions, de ces faits héroïques et se dit tout haut : « Voilà bien l’essentiel, la connaissance et l’histoire! » Il songeait à cela quand il vit des VENDEURS D’EAU. Tout en buvant, Prôtis se remémora les théories des anciens sur l' »élément « eau ». Le passage d’un CORTEGE l’interrompit dans ses méditations. Par les danses et la musique les processionnaires engageaient les passants à les suivre vers le lieu de la célébration. « Cela aussi, fait partie de l’essentiel : la croyance, les coutumes, les traditions ; comment vivre détaché de cette réalité? »

Il reprit sa route. Sur le chemin il croisa la demeure du poète qui tenait BANQUET. Il pénétra dans la maison, les convives débattaient amicalement du sens de la superstition. Prôtis les écouta un temps. « Décidément, se dit-il, le dieu de l’Oracle m’inspire en me faisant entrer ici. Il semble vouloir me faire comprendre que la pensée n’est rien si elle n’est pas partagée avec les autres. » Prôtis sentait bien que la pratique du débat, la confrontation des idées étaient essentielles à l’homme qui se veut honnête. Après cette halte philosophique, Prôtis se rendit sur le plus haut sommet pour contempler une dernière fois sa Cité qu’il abandonnait pour la rendre encore plus glorieuse.

Il dit alors adieu à tout ce qui l’a fait grec : sa langue, ses compatriotes, sa cité avec son ordonnancement de rues, d’édifices religieux, profanes, administratifs, ses stades, gymnases et théâtres et toute cette organisation sociale basée sur la place de chacun au profit de la Cité.

Son regard s’arrêta sur un jeune femme qui passait en contre bas. Elle portait une amphore de vin et se rendait peut-être à l’Agora. Il eu envie de l’aborder mais se reprit aussitôt. Il partirait demain et elle ne serait pas du voyage, pourquoi laisser des regrets? Cet « essentiel » pourtant passait aussi par elle, LA FEMME, l’union du couple, la famille! Ou était-ce une épreuve de plus, comme pour lui dire : tu vois, Prôtis, résister à la tentation fait aussi partie de l’essentiel que tu dois posséder avant de partir. Pour se consoler il se récita les vers d’HOMERE contant Ulysse en train de résister aux Chants des Sirènes.

En redescendant il vit un banc de pierre et s’arrêta un moment pour faire le point sur tout cela quand un homme qu’il ne connaissait pas vint s’asseoir à ses côtés, ils engagèrent la conversation et ce qu’ils se dirent reste un mystère.

Le lendemain Prôtis prit la mer et quelques jours plus tard écrivait l’Histoire.

Son parcours initiatique lui avait donné la réponse : « l’essentiel est en toi, c’est ce qui te fait toi, Prôtis le grec, et pas un autre. »

Il était prêt, il pouvait quitter sa cité Phocéenne pour aller créer la notre.

La traversée